LES AVENTURES DE TIMÉOO
"A la recherche du livre de la connaissance"

Il y a longtemps, très longtemps, dans un lointain pays magique, vivait un petit garçon qui s'appelait Timéoo... Et comme tous les enfants du pays magique, Timéoo n'allait pas à l'école, car le livre de la connaissance avait disparu du pays magique et depuis plus personne ne savait comment le retrouver...On disait qu'on avait volé le livre de la connaissance... et... comme dans tous les pays magiques il y a un magicien, on disait aussi que le vieux magicien, qui habitait de l'autre côté de la montagne, savait où se trouvait le livre de la connaissance. Mais personne n'osait s'aventurer de l'autre côté de la montagne...Et le vieux chat, Siméon, qui était autrefois le gardien du livre de la connaissance, n'avait plus de travail, aussi il s'ennuyait et il passait ses jours et ses nuits à dormir...C'est vrai qu'il n'y avait pas beaucoup de différence entre les jours et les nuits au pays magique. Comme on avait perdu la connaissance, on ne savait plus comment faire apparaître le soleil, ni comment faire disparaître la lune, ni même compter les étoiles qui avait fini par bouder et refusaient de se montrer... On ne savait même plus comment inventer de nouvelles couleurs pour peindre les fleurs qui étaient toutes fanées... Que le pays magique était triste à cette époque là!
Et puis un jour Timéoo décide de tout changer... et il demande au vieux chat Siméon comment faire pour aller chez le magicien de l'autre côté de la montagne. Car Siméon sait tout de même beaucoup de choses, puisqu'il était le gardien du livre de la connaissance autrefois.
"Tu dois partir à la recherche de Bergolin l'écureuil et lui demander de te conduire de l'autre côté de la montagne, dit Siméon. Il connaît très bien la géographie et il a beaucoup voyagé... Il te guidera".

Ainsi fut fait et Timéoo emporte du chocolat aux noisettes, du jus d'orange enrichi en vitamines et il part pour la grande aventure... Il trouve Bergolin l'écureuil dans la forêt :
"Bonjour Bergolin, dit Timéoo, peux tu me conduire chez le magicien de l'autre côté de la montagne? Je veux retrouver le livre de la connaissance.
- Donne moi ton chocolat aux noisettes et je te conduirai, répond Bergolin, mais auparavant nous allons partir à la recherche de Maître Hibou, car il sait très bien compter et il nous dira combien de kilomètres nous allons parcourir pour aller de l'autre côté de la montagne".
Ainsi fut fait et Bergolin et Timéoo partent à la recherche de Maître Hibou. Mais Maître Hibou est bien fatigué, car il a passé la journée à essayer de battre le record du monde de calcul mental...
"Bonjour Maître Hibou, dit Timéoo, peux tu nous dire combien de Kilomètres nous devrons parcourir pour aller de l'autre côté de la montagne? Je veux retrouver le livre de la connaissance. 
  - C'est un bien long voyage Timéoo. A vol de hibou, la maison du magicien se trouve à trois cents cinquante sept milliards six cents cinquante huit mille kilomètres... Mais je vais vous accompagner, car j'ai l'intention de demander au magicien de me prendre comme assistant dans son prochain spectacle de magie. On raconte qu'il est très célèbre et qu'il en a assez de travailler avec des lapins. Mais auparavant nous allons partir à la recherche de Grand Furet. Grand Furet est vraiment malin, car il a lu beaucoup d'histoires de détectives autrefois et il saura comment rattraper le voleur du livre de la connaissance"...
Ainsi fut fait et Timéoo, Bergolin et Maître Hibou partent à la recherche de Grand Furet. Mais Grand Furet est bien ennuyé, car il a une très mauvaise vue et il a perdu ses lunettes depuis la veille. Aussi lorsque Bergolin retrouve ses lunettes dans le garde manger, Grand Furet est si heureux, qu'il décide d'être lui aussi du voyage, pour partir à la recherche du livre de la connaissance.


Le voyage est long et difficile... Mais les quatre nouveaux amis savent, que lorsqu'ils auront retrouvé le livre de la connaissance, ils pourront réaliser leurs rêves...Bergolin est ravi de faire un nouveau voyage et d'avoir du chocolat aux noisettes, Grand Furet se dit que dès qu‘ils seront de retour chez eux, il pourra écrire leurs aventures, Maître Hibou pense qu'il va enfin apprendre comment font les magiciens pour calculer aussi vite et pour avoir autant de mémoire....et Timéoo sait, que lorsqu'il aura retrouvé le livre de la connaissance, il va découvrir autant de choses que les enfants des autres pays magiques...Ils marchent pendant des jours et des nuits, sauf Maître Hibou bien sûr, qui est perché sur l'épaule de Timéoo et qui continue à s'entraîner à battre le record de calcul mental...


Ils arrivent enfin devant la maison du magicien et Timéoo est très surpris, car le magicien n'est pas du tout comme il l'imaginait. C'est un gros monsieur qui porte un minuscule petit chapeau et qui a l'air très drôle.
"Bonjour Timéoo, dit le magicien, Je t'attends depuis longtemps tu sais. Soyez les bienvenus tous les quatre. Rentrez et régalez vous. Les quatre amis suivent le magicien à l'intérieur de sa maison et là...Quelle surprise! Ils découvrent une table couverte de bonnes choses. Il y a même des noisettes pour Bergolin… Mais le plus surprenant, ce sont les images qui bougent et qui parlent sur un grand mur blanc... C'est extraordinaire! Le magicien explique que cela s'appelle un film et il parle d'un monsieur qui est aussi magicien et qui s'appelle Monsieur Méliès et qui a inventé le cinéma...Les quatre amis voient beaucoup de films de monsieur Méliès et ils découvrent des machines qui avancent toutes seules et qui vous conduisent très loin... et d'autres machines qui vous conduisent jusqu'aux étoiles... Ensuite le magicien leur montre une petite boîte magique avec laquelle on peut faire des images des choses que l'on aime et les garder pour toujours. Ces images s'appellent des photos…Timéoo prend une photo de ses amis pendant qu'ils dégustent toutes sortes de friandises. Il souhaite de tout son cœur que ce moment ne finisse jamais et il veut découvrir d'autres choses encore...

C'est alors que le magicien regarde Timéoo droit dans les yeux... Il lui reprend la petite boîte magique et lui dit:
 "Timéoo, tu as fait un très long voyage pour retrouver le livre de la connaissance et dans un instant tu vas rentrer chez toi...Tu as appris beaucoup de choses et tu en apprendras bien d'autres encore, car tu sais maintenant que le livre de la connaissance est à l'intérieur de toi…Et lorsque tu voudras découvrir le monde, tu ouvriras ce livre et il te parlera. Tu l'écouteras et tu voudras en savoir d'avantage, car c'est un livre magique, qui connaît tous les secrets. Et chaque fois que tu connaîtras un secret tu voudras connaître un autre secret.... Mais chut!... C'est un secret...Soudain Timéoo se réveille dans son lit.... A travers la vitre il peut compter des milliers et des milliers d'étoiles... Il serre la photo de ses amis contre son cœur et il pense que lorsqu'il sera grand il deviendra astronome, pour découvrir tous les secrets de l'univers...

ET QUE SONT DEVENUS BERGOLIN L'ÉCUREUIL, GRAND FURET ET MAÎTRE HIBOU??? 
Figurez vous que j'ai eu de leurs nouvelles pas plus tard qu'hier. Il paraît que Bergolin est devenu reporter photographe et qu'il fait le tour du monde. Grand Furet a écrit son premier roman policier qui a eu tellement de succès qu'il a été traduit dans plusieurs langues. Quant à Maître Hibou, il est devenu un champion du calcul mental. Il est capable de calculer des additions, des multiplications, des divisions avec des nombres à dix chiffres, sans même l'aide d'une machine à calculer et il travaille dans les plus grands théâtres, auprès des magiciens les plus célèbres.

Yrèn, contes magiques pour petits et grands (juin 2008)



LA PETITE FILLE QUI VOULAIT ÊTRE UNE FÉE

Lorsque j'ai rencontré cette petite fille c'était déjà une grande demoiselle, au regard un peu triste. Son coeur c'était arrêté de battre pour celui qu'elle avait aimé le plus au monde.
C'est un beau jour de printemps qu'elle m'a raconté cette histoire. Je vous la raconte à mon tour, telle qu'elle me l'a raconté à moi, qui aurait tant aimé être son ami.

Cette petite fille était née à l'époque où l'on apprenait aux petites filles à devenir de bonnes maîtresses de maison et à porter des robes qui conviennent à des petites filles bien comme il faut. Il n'était pas question en ce temps là qu'une petite fille joue à des jeux de garçon, ou fasse des patouilles dans les flaques d'eau.
La mère de cette petite fille, dont je tairai le nom pour ne pas lui faire de tort, disait qu'elle avait failli mourir le jour de sa naissance et en vérité elle n'avait rien à faire de cette enfant qui l'empêchait de faire carrière. Quant au père de la petite fille, il faisait toujours la guerre et n'avait pas d'amour à lui donner.

En apparence cette petite fille n'était pas malheureuse, puisqu'elle avait tout ce qu'une petite fille peut désirer. Un gentil petit frère qui lui tirait les cheveux de temps en temps, un papa et une maman bien comme il faut et surtout beaucoup de jouets.  Chaque année cette petite fille commandait une panoplie de fée dans sa lettre adressée au Père Noël. Et les années passaient et les jouets venaient de tous les coins du royaume d'Italie, pour satisfaire cette enfant au regard si triste. Mais point de panoplie de fée. Et la petite fille finit par ne plus croire au Père Noël. Mais comme bien sûr elle ne voulait pas faire de peine à ses parents, elle fit semblant d'y croire encore un petit peu.

Cette année là la petite fille venait d'avoir huit ans et sa grand-mère était tombée gravement malade et elle n'avait pas pu lui envoyer son cadeau de Noël à temps. Et c'est ainsi que bien après que l'hiver soit passé, la petite fille trouva un énorme colis au  pied de son lit.
Le coeur de la petite fille battait très fort dans sa poitrine, parce que ce colis était bien plus gros que tous ceux qu'elle avait reçu jusqu'à présent. Elle se dit que sa grand mère avait certainement fini par trouver la panoplie de fée, qu'elle attendait depuis si longtemps. Elle ne pouvait se décider à ouvrir le colis tout de suite et préférait rêver à toutes les choses qu'elle pourrait changer autour d'elle, lorsqu'elle deviendrait une fée. Mais comme même les bonnes choses ont une fin et qu'elle ne pouvait décidément  plus remettre à plus tard l'ouverture de ce merveilleux cadeau, c'est avec fébrilité qu'elle déchira l'emballage de papier brun.

Personne, non vraiment personne ne peut imaginer, ne serait ce qu'un seul instant, combien elle fut malheureuse de découvrir ce qui se cachait à l'intérieur de la grande boîte de carton. Sa grand mère, qu'elle aimait tant, lui avait envoyé une énorme cuisinière, pour jouer à la petite fille bien comme il faut. Et à l'intérieur du four de la cuisinière il y avait un horrible poulet rôti en plastique. La petite fille se mit à verser les larmes qu'elle n'avait pas pu verser jusqu'à ce jour et elle décida, que puisque personne ne l'aimait, elle partirait.
Alors elle se réfugia dans ses rêves, jusqu'au jour où elle devint suffisamment grande pour se marier. Mais la petite fille qui était devenu grande ne voulait pas se marier et elle partit jusqu'au bout du monde. Et comme elle n'avait pas un sou en poche, elle accepta un emploi de serveuse, dans une contrée si lointaine que personne n'en connaissait le nom.
Et un jour qu'elle servait à la table de la grande duchesse Léonie, son regard croisa celui d'un bel officier tout d'or et de grenat vêtu. Il lui semblait qu'elle l'avait toujours connu et ils échangèrent quelques baisers et leurs adresses respectives et elle ne le revit plus jamais. Elle pensait qu'elle était trop pauvre et trop vilaine et que ce beau jeune homme était promu à un avenir meilleur.

 Elle finit par l'oublier et par se marier avec un jeune homme bien comme il faut et appris à devenir une parfaite maîtresse de maison, qui cuisait à merveille le poulet rôti aux quatre épices.
Jusqu'au jour où elle reçu enfin la lettre qu'elle avait espéré pendant si longtemps. Le jeune homme tout d'or et de grenat vêtu lui demandait de le rejoindre plus loin que les étoiles. Mais hélas à cette époque là, les jeunes femmes bien comme il faut se devaient d'être raisonnables et ne pas s'envoler avec le premier venu, même si c'était pour partir plus loin que les étoiles. Alors elle attendit encore longtemps avant de le rejoindre. Elle avait même attendu si longtemps qu'elle avait perdu sa fraîcheur d'avoir été une jeune femme bien comme il faut et que lui était bien malheureux d'avoir connu tant de batailles. Aussi il ne la reconnu plus guère.
Alors elle comprit qu'elle avait trop attendu et que les rêves sont fait pour être réalisés, mais qu'il ne faut pas leur tourner le dos, car sinon ils risquent de disparaître à tout jamais.

Et elle se souvint qu'elle avait été une petite fille qui voulait devenir une fée et avec ses maigres économies elle acheta une grande pièce de drap bleu et des rubans de coton.  Elle mis tant de coeur à l'ouvrage qu'elle cousu une merveilleuse robe aux couleurs de l'aube et confectionna une baguette magique aux milles étoiles de diamants.
C'est depuis ce jour qu'elle parcourt le monde pour réaliser les voeux des petites filles et des petits garçons. Alors si vous rencontrez la bonne fée et si tout au fond de votre coeur se cache une petite fille ou un petit garçon, je vous en supplie, faites un voeu.

Yrèn (contes magiques pour petits et grands)